XIR236836 Nicolas Boileau (1636-1711) (oil on canvas) by Santerre, Jean Baptiste (1651-1717) oil on canvas 100.2x82 Musee des Beaux-Arts, Lyon, France Giraudon French, out of copyright

« Ainsi qu’en sots auteurs, notre siècle est fertile en sots admirateurs. »

Nicolas Boileau

XIR236836 Nicolas Boileau (1636-1711) (oil on canvas) by Santerre, Jean Baptiste (1651-1717)
oil on canvas
100.2×82
Musee des Beaux-Arts, Lyon, France
Giraudon
French, out of copyright

NOTES SUR LE LANGAGE DES AUTEURS

Une phrase dans la langue Française se compose dans l’ordre et désigne en général le sujet, le verbe et le complément.

La grammaire a ses règles, nous devons nous rompre à ses exceptions, à ses irrégularités. Une écriture intelligible rejoint une pensée descriptible ! Les poètes et les littérateurs brûlant de leur passion pour l’écriture, embrasés dans leur déterminisme à retranscrire leurs émotions de la manière la plus singulière ont choisi de dépasser la structure initiale et simpliste de la phrase.

Les chefs-d’œuvre ont afflué sous la plume de Proust, Chateaubriand, Marceline Delbordes Valmore,  George Sand, Molière, de Francis Jammes, de Victor Hugo,  de Boileau,  de Molière,  de Jean de La Fontaine,  de Pinter,  de Verlaine,  de Rimbaud, Baudelaire et des autres…!

Ces faiseurs de mots, ces êtres épris de notre belle langue ont usé de pétulance en adoptant des tournures différentes, des inversions outrecuidantes, des syntaxes audacieuses. Ils ont inventé une langue, la leur ! reconnaissable parmi toutes les autres,  afin de mieux faire jaillir leur pensée et marquer leur style. Nous comprenons en les suivant que la passion du verbe gouverne tout ! A force de contrastes, de variations, de courbes, d’harmonie et de mesure, ils nous livrent l’état dans lequel ils se trouvaient au moment où ils composaient leurs partitions. Nous en ressentons les coups d’archets, nous vibrons sous le chant lyrique, nous en concevons les résonances, les urgences, les peines de cœur et les joies immenses. Sans le vouloir et pour l’éternité, ces virtuoses se sont inscrits dans le monde verbal.

Ces écrivains ont pris une place considérable en perpétuant la langue Française, le langage dans un  langage. Des milliers de citations, de fragments de textes, de poésies, d’épîtres, de madrigaux de différentes formes d’écriture demeurent notre patrimoine littéraire.

« Soyez plutôt maçon si c’est votre talent, ouvrier estimé dans un art nécessaire, qu’écrivain du commun et poète vulgaire ».  Boileau