Comme vous le savez l’œuvre dans la vie d’un auteur est importante, elle dénote de tout ce qui habille l’esprit, de tout ce qui revêt la mémoire et l’expérience vécues. Elle n’est jamais la raison en elle-même mais la raison d’être et d’exister comme une nécessité à ne pas disparaître. Je vous dirais ici que l’existence d’un littérateur poursuit une quête spirituelle.

Nous autres lecteurs devons suivre cette pensée et nous abreuver à ces grands écrivains qui dans des temps passés ou présents, sous le poids du savoir, des rêves et des larmes comme une invitation à d’autres vies salutaires se présentent à nous comme nos maîtres. La lecture pour un comédien est plus que nécessaire, elle est inéluctable.

Cette grande Dame anoblit les cœurs en faillite.

La pauvreté n’a pas de place au Cénacle des Mots ! La lecture nous ressource et nous donne la nourriture indispensable pour aimer et nous atteler à ce métier. Nous pouvons y puiser tout ce que la lecture seule a le pouvoir de nous insuffler : la richesse des mots, l’éclat du verbe, la hauteur de la pensée, l’élan, la dimension, l’ivresse d’un moment et le songe, l’aristocratie des âmes éprouvées par tant de grâce, la faiblesse des sentiments et la force de l’amour.

l’Histoire tout simplement : la merveilleuse aventure humaine où » l’inflexion des voix chères » si chères à Verlaine ne se sont certes jamais tues !

A tous ces littérateurs qui ne vous connaissent pas tout à fait, je leur dis qu’ils ont bien de la chance d’être aimés par des lecteurs aussi passionnés que vous !

Martine Amsili Avril 2014